Météo
  • Paris
PARIS
  • Panama City
PANAMA
 

Qui a dit que la Panama était cher ??

 Qui a dit que la Panama était cher ??

Haïti fait partie du peloton de tête des pays qui ont quasiment perdu le contrôle de l’inflation dans leur économie. Le pays arrive à la très peu enviable troisième place des économies de la région Amérique latine et Caraïbe. Les chiffres les plus astronomiques sont enregistrés par le Venezuela, qui reste un pays «hors compétition» en termes d’augmentation du coût de la vie. Mais les gouvernements d’Argentine, d’Haïti ou de l’Uruguay ont également été vivement critiqués pour avoir perdu le contrôle du coût de la vie.

Haïti est l’un des pays de la zone Amérique latine et Caraïbe à afficher un taux d’inflation à deux chiffres atteignant 13% à la fin de 2018. Cela s’explique principalement par la hausse des prix du carburant qui a généré des troubles et des explosions de violence ayant abouti à la mort de plusieurs citoyens en juillet 2018. Cette situation a même provoqué un changement de gouvernement. Aujourd’hui encore, l’ombre de ces troubles plane encore sur le pays qui peine à distribuer convenablement le carburant.

À la fin de 2018, les rapports de banques centrales et d’institutions statistiques montrent que l’inflation est une tâche en suspens pour de nombreux pays d’Amérique latine et de la Caraïbe. Alors que le Venezuela a perdu le contrôle des prix de son économie et que l’Argentine suit cette voie, d’autres pays de la région ont obtenu des résultats exceptionnels au cours de la période précédente. Pour l’Equateur, les prix ont à peine augmenté de 0,7%. Dans ce classement suivent El Salvador avec 1,4%, le Panama avec 2% et le Chili avec 2,9%.

L’inflation n’est pas seulement un fardeau pour les plus pauvres, c’est également l’un des principaux défis des pays en développement. Bien que, dans la plupart des pays d’Amérique latine, les gouvernements se soient concentrés ces dernières années sur le contrôle du comportement des prix du panier de la ménagère, ils ne l’ont pas tous atteint.

Les politiques macroéconomiques du gouvernement du président Nicolás Maduro ont valu au Venezuela la première place déshonorante des pays affichant le taux d’inflation le plus élevé au monde en 2018. Bien qu’il n’existe pas de chiffres officiels, l’Assemblée nationale du Venezuela, qui dispose d’une majorité d’opposition, calcule, l’année dernière, le coût de la vie dans ce pays a 1 700 000 %. Aujourd’hui, ces politiques placent le Venezuela dans la catégorie «hors concours» en termes d’inflation, du niveau exagéré atteint par les prix.

D’autres pays rencontrent également des difficultés, car ils ne peuvent pas contrôler de manière adéquate l’augmentation des prix du panier de la ménagère. L’Argentine fait partie de ce groupe. Selon les chiffres officiels, elle était de l’ordre de 47,6% à la fin de 2018, sous la pression de la crise monétaire qui a affecté ce pays et contraint le gouvernement de Mauricio Macri à demander l’aide du Fonds monétaire international (FMI). Ce résultat inquiétant qui n’a pas été enregistré depuis 1991 remet en question l’objectif que le gouvernement s’est fixé pour s’assurer que, d’ici 2019, l’inflation ne dépasse pas 23%.

Comment l’inflation s’est-elle comportée dans les autres pays d’Amérique latine ? Selon les données des banques centrales et des entités statistiques des autres pays, l’Uruguay suit le Venezuela dans la liste des pays qui ont enregistré les chiffres les plus élevés. En 2007, cet indicateur avait atteint 7,9%.

Au Mexique, l’inflation de l’année dernière était de 4,3%, tandis qu’au Brésil, elle atteignait 4,2%. Viennent ensuite le Paraguay (4,1%), suivi de la Colombie (l’un des meilleurs records des dernières années) avec 3,18%. L’Équateur est le pays où les prix à la consommation ont le moins varié (0,7%), suivi d’El Salvador (1,4%), le Belize (1,6%), Panama 2% et le Chili 2,9%.

 

Publié le 17 Janvier 2019 par lenouvelliste.com



WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Translate »