Météo
  • Paris
PARIS
  • Panama City
PANAMA
 

Plages, îles et archipels

le panama est le pays idéal pour votre ``future nouvelle vie`` pour vous et vos proches mais aussi pour les professionnels qui veulent investir en toute sécurité ...

Plages, îles et archipels

 

La République du Panama qui géographiquement correspond à l’Isthme du Panama est bordée par la Mer des Caraïbes (Océan Atlantique) et par l’Océan Pacifique. L’Isthme porte bien son nom car le pays possède plus de kilomètres de côtes que de kilomètres de frontière avec ses voisins.

 

Avec environ 3000 km de côtes et de très nombreux archipels aux multitudes d’îles et d’îlots, le Panama regorge de plages paradisiaques aux eaux turquoise et transparentes.

 

Grandes plages de sable blanc, petites criques sauvages ou encore plages aménagées au sein d’un resort et proche d’un restaurant, il y a toujours une plage idéale au Panama.

La Mer des Caraïbes – Océan Atlantique

 

La totalité de la côte nord du Panama est baignée par la Mer des Caraïbes, mais le pays peut être découpé en 3 parties le long de cette côte :

* L’Archipel de Bocas del Toro

* Le Golfe de Mosquitos

* L’Archipel de San Blas

 

*L’Archipel de Bocas del Toro

 

Situé dans la Mer des Caraïbes, à l’extrême Nord-Ouest du pays, l’Archipel de Bocas del Toro est composé de plusieurs îles, dont la principale est Isla Colon.

 

La majorité des habitants de l’archipel vit sur cette île qui accueille la capitale régionale (chef-lieu) Bocas del Toro. Bocas del Toro a donné son nom à l’ensemble de la province. C’est la seule île de l’archipel qui dispose d’une route et d’un aérodrome.

 

L’archipel est réparti sur 400 km² et comprend, entre autres, les îles suivantes : Isla Colon, Isla Solarte, Isla San Cristobal, Isla Pastores, Isla Zapatillas, Isla Loma Partida, Isla Popa, Cayo Roldan, Cayo Agua et Isla Bastimentos, la dernière accueillant un Parc National Marin de 13 000 hectares.

Le Parc National de Bastimentos est un véritable sanctuaire marin composé de plages de sable blanc et de récifs coralliens où les touristes et les amateurs de plongée sous-marine pourront rencontrer de très nombreuses espèces aquatiques, des poissons exotiques, des tortues, des étoiles de mer, des coquillages, des crustacés de toutes sortes, et avec un peu de chance des dauphins, assez nombreux dans la région.

*Le Golfe de Los Mosquitos

 

Le golfe est caractérisé par des plages de sable fin, parfois boueuses, accompagnés de sédiments fins.

 

La plus grande île de cette zone est l’Escudo de Veraguas situé dans la Province de Colon, mais ayant toutes les caractéristiques pour appartenir à la Comarque Ngäbe Buglé. Il s’agit d’une île complètement vierge, habitée seulement par quelques natifs. À cause de son éloignement, tant du continent comme des autres îles, ce paradis héberge de nombreuses espèces endémiques, comme le Paresseux Pygmée de Trois Doigts. L’eau autour de L’Escudo est parfaitement transparente et turquoise en raison des coraux, les Raies Mantes et Poissons Lunes s’y distinguent aisément.

 

La petite ville de Portobelo et Isla Grande marquent la délimitation entre le Golfe de los Mosquitos et l’Archipel de San Blas. Le secteur possède aussi de nombreuses plages.

 

Isla Grande est une petite île et un lieu de villégiature recherché pour le Surf et les plages. Ses habitants ont un héritage afro-colonial très marqué, à différence d’autres îles des caraïbes anglophones peuplées par d’anciens travailleurs du Canal d’origine afro-antillaise.

*L’Archipel de San Blas

 

Les îles San Blas du Panama constituent un archipel de 365 îlots coralliens, dont seuls 60 sont habités. L’archipel est situé dans la Mer des Caraïbes, sur la côte nord-est de l’Isthme de Panama, à environ 120 km à l’est de Colon. L’ethnie amérindienne Guna vit de chasse et de pêche, sur un territoire qui forme, avec la bande côtière, la Comarque Guna Yala, territoire disposant d’une forte autonomie depuis la guerre d’indépendance menée par ses habitants contre le Panama dans les années 1920.

 

Les Guna ont peu à peu quitté la terre ferme du Panama durant l’invasion espagnole, en particulier lors des recherches d’or le long du rio Atrato et se sont installés sur les îles de l’archipel.

 

La société Guna est semi-matriarcale et monogame. L’archipel compte environ 50 000 habitants. Les femmes continuent à perpétuer la tradition en cousant. Leur artisanat, ces tissus ornés de dessins à thèmes, riches en couleurs, utilisent la technique de l’appliqué-inversé. Ce sont les fameuses Molas.

 

Les Guna ont des députés à l’Assemblée Nationale du Panama et en 1999, pour la première fois, un Guna a été élu président de cette Assemblée.

Les plages que l’on peut découvrir sur les îles San Blas sont de longues plages de sable blanc et une eau cristalline d’une température très souvent supérieure à 25°c. Il est possible d’y pêcher ou de plonger dans les récifs coralliens, d’observer des étoiles de mer, des raies mantes ou divers types de poissons, de déguster le produit de sa pêche, ou de se reposer dans un hamac.

 

L’expérience de la vie locale avec les indiens Guna est inoubliable et pleine d’émotion. Des hôtels de toute catégorie, même jusqu’à 5 étoiles, existent maintenant à Guna Yala.

L’Océan Pacifique

 

Côté Pacifique, le Panama est divisé en deux secteurs distincts :

1- Le Golfe de Panama

2- Le Golfe de Chiriqui

 

1- Le Golfe de Panama

Le Golfe de Panama, d’une largeur maximum de 250 km, est composé de 3 golfes mineurs et d’un archipel :

* La Baie de Panama

* Le Golfe de San Miguel

* L’Archipel de las Perlas

* Le Golfe de Parita

 

* La Baie de Panama

La Baie de Panama accueille de très nombreuses plages entre Punta Chame et Playa Santa Clara. Avec des spécificités différentes qui méritent d’être découvertes, ces plages sont accessibles par la route et se situent à moins de 100km de Panama City.

Représentant de longues étendues de sable blanc ou noir, elles bordent le littoral du pacifique et accueillent un grand nombre de citadins en fin de semaine ou lors des vacances. Vous y trouverez aussi bien des Resorts aux équipements modernes que des petits hôtels de charme.

Bien que ces plages soient de toute beauté, elles restent à l’écart du grand tourisme de masse, à l’exception de Playa Blanca où plusieurs resorts (Royal Decameron, Sheraton Bijao, Marriott Buenaventura, etc…) se sont implantés. Les autres plages sont très peu développées, et même quasi vierges pour certaines.

Isla Taboga

 

Cette île volcanique qui est située dans la Baie de Panama est également connue sous le nom d’Île aux Fleurs, en raison de l’exubérance de sa végétation.

 

L’Île fut découverte au XVIème siècle et initialement nommée Isla de San Pedro par l’explorateur espagnol Vasco Nuñez de Balboa. Son nom actuel vient du mot indigène Aboga qui garde une relation avec une certaine quantité de poissons. La petite ville de San Pedro, fondée en 1524, accueille l’église du même nom qui serait la deuxième église plus ancienne du continent.

 

Le peintre postimpressioniste Paul Gauguin y séjourna en 1887. Obligé, pour des raisons économiques, de travailler comme terrassier sur le chantier de la Compagnie Universelle du Canal Interocéanique, il garda une mauvaise impression de l’esprit mercantile régnant dans le pays, se rendit célèbre pour se bagarres et ses coups de gueule, et finalement, alla chercher son Paradis aux Îles Marquises.

Le Tourisme est la principale activité économique de l’île, même si la pêche et l’agriculture sont également pratiquées. Les nombreux ferries au départ d’Amador permettent aux visiteurs de profiter d’une multitude de chemins de randonnée, mais aussi de splendides plages aux eaux cristallines.

 

La plage la plus populaire est la Restinga, située près du port. L’attraction y est le banc de sable permettant, à marée basse, de rejoindre un îlot, el Morro de Taboga.

*Le Golfe de San Miguel

 

Le Golfe de San Miguel est le plus grand estuaire du Panama avec une extension de 1760 km². Il rassemble à lui seul 17% de la superficie totale de mangrove du pays. La mangrove constitue une ressource importante de l’environnement du Panama, offrant une protection contre les tempêtes, les vents violents, l’érosion, la pollution marine ou encore l’envasement des récifs coralliens. De nombreuses espèces animales y trouvent refuge comme les crabes, les crevettes et les poissons.

 

Dans cet estuaire se jettent les fleuves Congo, Cucunati, Sabanas, Tuira-Balsas, Seteganti et Mogue, créant une grande diversité d’habitats aquatiques, propices aussi au développement de multiples espèces de valeur commerciale.

 

La pêche artisanale d’ailleurs y est un moyen de subsistance, et les marchés locaux sont les principales activités économiques de la zone.

 

Le Golfe de San Miguel est un lieu unique et reste une attraction écotouristique extraordinaire avec une multitude d’oiseaux dont certains n’existent nulle part ailleurs au Panama, ainsi que de nombreuses espèces d’animaux endémiques ou en voie de disparition dans d’autres pays.

*L’Archipel de Las Perlas

 

Formé par 39 îles et 100 îlots, cet archipel de 1165 km² comporte de superbes plages et des fonds sous-marins coralliens de toute beauté. On n’y trouve plus de perles, cependant les eaux sont riches en poissons et, entre Juillet et Septembre, les baleines bossues y prennent leurs habitudes.

 

L’archipel est accessible à partir d’un vol intérieur entre Panama City et l’île principale, Isla Contadora, en 20mn. La population est concentrée dans les îles du sud. Les autres îles sont très peu peuplées, les villages se cantonnent sur Isla del Rey, Isla San Jose et Contadora, le reste est sauvage.

Isla Contadora: 3 km²

 

Île principale de l’Archipel de las Perlas, elle était utilisée par les Espagnols pour y établir les inventaires de perles. C’est à cette période que l’île prit le nom de Contadora (Comptable ou Compteuse).

 

C’est aussi d’ici que vient la célèbre Perle Perregrina (Pèlerine ou plutôt Vagabonde) la plus grosse perle en forme de poire symétrique ayant jamais existé, et qui vagabonda quatre siècles durant. Elle appartint d’abord à Philippe II (1527-1598) et fut la cause de plusieurs disputes à la Cour d’Espagne. Le frère ainé de Napoléon 1er, Joseph Bonaparte mit la main dessus lors de son départ précipité du Royaume, après la défaite des troupes françaises à Vitoria. Puis c’est durant son exil en Angleterre que Louis Napoléon Bonaparte la vendit. En 1969, Richard Burton l’acheta aux enchères, et en fit cadeau à Elizabeth Taylor qui la conserva jusqu’à sa mort en 2011. La Perle est retournée en Espagne et fait actuellement partie du Trésor de la Couronne.

 

Contadora compte quelques hôtels et complexes hôteliers. L’île, connue pour son activité touristique, dispose d’un aéroport et de liaisons journalières avec Panama City.

 

Le Sha d’Iran, Mohammad Reza Pahlavi, y résida du 15 Décembre 1979 au 24 Mars 1980, invité par le Général Omar Torrijos lors de la difficile période de lutte contre le cancer et de prise d’otages à l’ambassade américaine de Téhéran.

Isla San Jose: 44 km²

 

Cette île couverte par la forêt et plus sauvage que Contadora, est la seconde île de l’Archipel de las Perlas par sa taille. Avec plus de 35 plages variées allant du corail blanc au sable noir et or, disposant d’une eau claire et chaude, cette île est un véritable paradis pour les plongeurs qui y trouveront une très forte dénivellation et de belles profondeurs.

 

Isla del Rey: 234 km²

 

Deuxième plus grande île du Panama après Coiba, Isla del Rey abrite plusieurs villages dont San Miguel, chef-lieu de l’Archipel de las Perlas.

 

*Le Golfe de Parita

 

La Baie de Parita ou Golfe de Parita, se situe à l’ouest du Golfe de Panama entre les embouchures des rivières La Viila et Grande. Le golfe comprend une partie du littoral des provinces d’Herrera, de Cocle et de Panama.

 

Isla Iguana

 

Au sud du Golfe de Parita se trouve Isla Iguana qui fait partie de la Province de Los Santos Elle est composée de basalte intrusif, produit d’éruptions volcaniques sous-marines et constitue un Refuge de Vie Sylvestre. Dans ses eaux se trouve le principal massif corallien du Pacifique Panaméen.

2- Le Golfe de Chiriqui

 

Le Golfe de Chiriqui est situé au sud-ouest du pays, à proximité de la ville de David (province du Chiriqui) et de la frontière du Costa Rica.

 

Véritable sanctuaire pour de nombreuses espèces animalières, l’environnement côtier et marin y est intact, faisant de ce golfe l’un des endroits les plus prisés par les écologistes.

 

Avec ses dizaines d’îles vierges qui le parsèment, le golfe de Chiriqui dispose d’une biodiversité hors du commun, de jungles très denses et de deux parcs nationaux : le Parc National Coiba et le Parc National Marin Golfe du Chiriqui.

Isla Coiba: 503 km²

 

Cette île est la plus grande du Panama. Elle a servi de pénitencier jusqu’en 1989 et ses installations pénales ont été détruites en 2004. Le 26 Juillet de la même année, l’île était convertie en Parc National. Plus de 80% de la superficie de l’île est couverte par une végétation primaire, de mangrove, de récifs coralliens et sert de refuge à de nombreuses espèces marines. Au large peuvent s’observer suivant les époques de l’année différents types de cétacées, dont les baleines bossues.

 

En 2005, l’Île Coiba a été déclarée Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO.

 

Le Golfe de Montijo

 

Dans le Golfe de Chiriqui et sur la partie ouest de la Péninsule d’Azuero se trouve le Golfe de Montijo. Ce golfe réduit, ouvert au sud, est protégé par Isla Cebaco (80 km²) qui en ferme l’entrée. La petite île de Gobernadora abrite le village du même nom. Ce village possède quelques hôtels, et commence à être connu par les amateurs de pêche sportive, se transformant doucement en lieu de villégiature. C’est aussi le point de départ pour accé

 

National Isla Coiba. Ces îles sont accessibles par bateau en partance de la plage de santa Catalina (province de Veraguas).

Translate »